Parole(s) de Seb : l'histoire de BattleKart

Postée le 22 août 2016 par Battlekart Team
www.battlekart.eu_paroles-de-seb-l-histoire-de-battlekart

Te souviens-tu du moment où tu as rêvé BattleKart pour la première fois ?
“Tout à fait ! L’idée de BattleKart est née en septembre 2010, dans le train entre Mouscron et Tournai, un dimanche soir en retournant à mon kot. J’ai participé au concours ING Start Academy où j’ai passé le premier éliminatoire mais où le second a été un échec, en raison de slides préparés en dernière minute dans le train. J’ai alors compris qu’une idée, aussi intéressante soit-elle, ne valait rien si elle n’était pas bien expliquée et présentée !”

Tu n’as pas abandonné ?
“Non, lors de ma 4ème année, j’ai fait évoluer l’idée dans ma tête. Et plus j’y réfléchissais, plus la perspective de faire de ce concept mon métier m’apparaissait comme évidente. J’ai alors convaincu mes profs de me laisser choisir ce sujet pour les différents projets à venir : projet de Marketing, Umons Entrepreneurs, travail de fin d’études… J’ai fabriqué deux voitures téléguidées pilotées par des tablettes tactiles qui roulaient dans un environnement BattleKart. La charge de travail a été énorme : designer des voitures, les construire, développer le programme du micro-contrôleur embarqué dans les voitures, créer celui qui transforme les tablettes tactiles en télécommandes ainsi que celui qui génère l’image pour le vidéo-projecteur, développer le système de localisation et le programme qui fait communiquer tout ça, et enfin, écrire un rapport qui explique tout ça. J’ai présenté mon TFE en août 2012 et j’ai obtenu 19/20 !”

Comment es-tu passé d’une expérience “scolaire” à une startup ?
“En parallèle de mon TFE, j’avais fait appel à un incubateur et j’avais rencontré des investisseurs potentiels. La version miniature fonctionnait et les plans de la version grandeur nature et commerciale étaient faits. Mais les voitures téléguidées n’ont pas suffi à les convaincre. Qu’à cela ne tienne, avec mon associé de l’époque, on a acheté un kart et on a commencé à le modifier. Un an après la sortie des études, en juillet 2013, poursuit Sébastien, nous avions une version de démonstration grandeur nature sur 400 m² avec un kart.”

Le hasard des bonnes rencontres a aussi été avec vous ?
“Oui, on a croisé le directeur du Lotto Mons Expo. Séduit par le projet, il nous a offert le lieu gratuitement. 10.000m² du hall à titre gratuit, on ne lui dira jamais assez merci ! On a passé deux mois à Mons-Expo pour réaliser la version de démonstration. On y a planté nos tentes et dormi sur place régulièrement !”

Le projet a-t-il connu des galères ?
“On peut le dire, oui ! Lors de notre version de démonstration au Lotto Mons Expo, nous avions conçu une structure portante qui s’élevait et comportait l'électronique de projection, le système de localisation.... Malheureusement, la société qui nous a vendu la logique de levage nous avait mal aiguillés... Lorsque nous avons monté la structure, après 3 semaines de travail acharné, elle s’est écrasée par terre. Une partie du matériel (des serveurs et des projecteurs...) qui nous était prêté était endommagé. Retour à la case départ avec des finances encore plus limitées. Mais on ne s’est pas laissé abattre, on a repris le travail et on y est arrivé !”

En quoi cette phase de démo grandeur nature a-t-elle été importante ?
“Elle a été essentielle pour notre recherche de financement : nos différents passages dans les médias (télé, radio, presse écrite) nous ont permis de gagner en crédibilité ! Une fois cette étape terminée, nous nous sommes donc lancés à la recherche du financement (1.000.000€) et du site d’exploitation. La mission nous a pris finalement 1 an jour pour jour. 

Et aujourd’hui, quels sont les projets de développement de BattleKart ?
“Oh, ils sont nombreux, mais on en parlera au cours d’une prochaine interview !”

partager »