Parole(s) de Seb : Top Secret, tout sur le fonctionnement du jeu !

Postée le 29 septembre 2016 par Battlekart Team
www.battlekart.eu_paroles-de-seb-top-secret-tout-sur-le-fonctionnement-du-jeu

Seb, maintenant qu’on se connaît un peu, on veut tout savoir sur le système de projection de la piste, la localisation des karts…
Je peux tout vous dire mais vous devez signer une clause de confidentialité, ou je dois vous tuer tous après lecture pour que vous n’en parliez pas... C’est top secret ! Plus sérieusement, le coeur du jeu est protégé par des brevets, et tu comprendras aussi qu’on ne peut pas tout dévoiler. Mais je suis tout disposé à expliquer le maximum de choses !

Parle-nous déjà un peu de la projection des pistes au sol, comment cela fonctionne-t-il ?
Il y a un total de 48 vidéo-projecteurs, 24 par piste. En fait, chacun projette une partie du circuit, sur une surface de 80 m2, pour qu’ils couvrent les 2.000 m2 de chaque piste. C’est un puzzle que le PC de projection reconstitue, et les images se recouvrent avec un fondu pour rendre la jonction imperceptible.

Tout cela a dû demander pas mal de réglages, quand on voit le temps qu’on passe à régler un seul projecteur pour une présentation ?!
Clairement, oui, ça nous a demandé pas mal de temps, mais les essais que nous avions faits au Lotto Mons-Expo nous ont beaucoup aidé. Nous avions eu 8 projecteurs en prêt par la Polytech durant les deux mois des vacances d’été 2013, et ces modèles Epson disposaient d’une fonctionnalité super intéressante pour nous : on peut régler indépendamment chaque coin du rectangle projeté, ce qui facilite grandement le placement des pièces du puzzle ! J’avais mis un fond d’écran de couleur différente pour chaque projecteur, et on a eu qu’à régler les images pour que le patchwork au sol soit ajusté bord à bord. Ensuite, c’était une question de dessin de la piste, un designer a planché sur les tracés, l’aspect des vibreurs, de la verdure…

C’est un fameux matériel qu’il t’a fallu installer au plafond du bâtiment de Dottignies ?
Les trois palettes de projecteurs sont arrivées fin 2014, mais pas à la bonne adresse ! Le livreur les avait déposées chez mes parents. J’ai dû tout transférer à la rue du Valemprez. C’est comme ça que je sais qu’un Citroën Berlingo peut contenir un maximum de 50 caisses de vidéo-projecteurs Epson ! Rien que pour déballer le tout, trier les câbles, etc., il nous a fallu plusieurs heures. Et on a passé 3 grosses journées à les installer au plafond. Et sur les 48 projecteurs installés, il y en avait un qui était en panne à la livraison, ce qui, au final, est un score de fiabilité assez correct !

Justement, qu’advient-il du jeu si un projecteur tombe en panne ?
Pas de crainte ! Tout d’abord, on en a quelques uns en réserve. Ensuite, ils sont tous pilotés à distance, ce qui nous évite de devoir nous balader en nacelle à 5 mètres de haut pour un simple diagnostic ou un réglage. Depuis mon PC, je peux savoir combien d’heures chaque lampe a été allumée depuis son installation, régler la luminosité… Enfin, nous avons commencé à remplacer progressivement toutes les lampes par un modèle encore plus lumineux, et plus économe en énergie.

Et comment le jeu sait-il où se trouvent les karts, comment place-t-il les bonus, comment gère-t-il les missiles, leur trajectoire ?
Oula, du calme ! Une chose à la fois. La localisation, c’est un jeu de 336 capteurs placés au plafond et d’émetteurs dans les karts qui communiquent en permanence : le système renvoie 270 fois par seconde la position de tous les karts, ce qui permet même à pleine vitesse de conserver une précision de l’ordre du centimètre ! Le placement des caisses bonus est fixé par le logiciel de jeu : certaines en extérieur de virage pour pousser les joueurs à prendre plus large et laisser des espaces pour se faire dépasser, certaines plus accessibles... Inutile de dire à la sortie qu’untel ou untel a été favorisé, c’est impossible… sauf si je tord un peu le programme, uniquement quand je joue ;-) Enfin, les missiles et autres bonus sont projetés et c’est le système du jeu qui calcule en temps réel la position des objets réels (les karts) et des objets virtuels (bonus, checkpoints…) et calcule les interactions pour renvoyer au kart l’instruction de stopper 3 secondes, ou aux PC de projection la position et l’orientation des objets à afficher (missiles…). A terme, on va même programmer les karts pour qu’au passage sur la flaque d’huile, seule une roue soit bloquée pour partir en dérapage incontrôlé !

partager »