Parole(s) de Seb : un bar pas vraiment comme les autres...

Postée le 25 octobre 2016 par Battlekart Team
www.battlekart.eu_paroles-de-seb-un-bar-pas-comme-les-autres

Seb, il paraît que le bar de BattleKart est construit d’une manière…  assez spéciale. Tu peux nous en dire un peu plus ?
Il faut savoir que nous louons ce hall industriel de Dottignies, nous n’en sommes pas propriétaires. Donc, potentiellement, c’est provisoire : il nous fallait penser quelque chose de démontable aisément. Le bar est en fait constitué de l’assemblage de 9 conteneurs de 12 mètres par 3 !

Difficile à imaginer quand on y prend un verre !
En effet, en plus du jeu en lui-même, nous avons beaucoup bossé sur cette partie aussi, et avons fait beaucoup nous-mêmes au démarrage du projet. C’était le choix du budget, du côté démontable et de la modularité : nous avons opté pour des conteneurs type bureau, qui sont un peu plus hauts que les conteneurs maritimes classiques, mais dont il ne subsistait que les piliers de coins, le plancher et le toit. Le reste, c’est en fait du bardage, de l’habillage, des châssis… Et beaucoup d’huile de coude.

www.battlekart.eu_ALBUM_19www.battlekart.eu_ALBUM_19www.battlekart.eu_ALBUM_19www.battlekart.eu_ALBUM_19

Et pourquoi les conteneurs ne sont-ils pas posés au sol ?
Tout d’abord, simplement pour que les spectateurs aient une vue plongeante sur les pistes ! Accessoirement, c’est ce qui nous a permis de gagner de l’espace pour les gaines techniques, les évacuations, le stockage des boissons. Quoiqu’on en pense, l’espace est compté dans ce hall et nous voulions consacrer le maximum de surface à nos deux pistes. Des murs ont été montés pour soutenir les conteneurs et les surélever. Et la passerelle métallique à l’entrée aboutit à la hauteur du plancher des conteneurs. Le couloir, les sanitaires et le local technique sont constitués des 3 premiers conteneurs, et les 6 suivants sont occupés par le bar et l’espace lounge.

Système D, donc ?
Oui, c’est le lot de beaucoup de startups ! Il faut de l’ingéniosité et de la débrouille pour se lancer. Une entreprise voisine nous avait généreusement prêté deux clarks lorsque nous devions poser les conteneurs sur leurs supports, les marges étaient minimes, il fallait être très précis. A 3 personnes, en une semaine, nous avions notre ossature en place. Nous avons tout fait nous-mêmes, excepté la plomberie, la fixation des vitrages, la réalisation du comptoir du bar et une partie de l’électricité. Comme nous souhaitions de larges surfaces vitrées, le fait d’avoir des structures nues était un avantage. L'accessibilité, tant au dessus qu'en dessous des containers et les descentes d'eau présentes à chaque coin ont permis de travailler sans devoir planifier les emplacements des équipements (haut-parleurs, éclairages) et leurs câblage : s'il fallait rajouter un éclairage de sortie de secours en dernière minute pour les pompiers ou une évacuation d'eau pour la machine à café, c'était très facile.

Comment en es-tu arrivé à cette idée ?
J’avais vu d’autres constructions sur le web : c’est rapide en termes d’installation, le coût est assez réduit, à la fois pour l’achat et pour les études et frais de conception. On ne touchait pas à la structure du bâtiment existant, et les conteneurs peuvent être déboulonnés et démontés en une journée, au besoin. Un seul inconvénient : le sol qui a parfois tendance à trembler plus qu’un plancher béton, par exemple quand un enfant court dans le bar. Les autres inconvénients (isolation, étanchéité) ne nous concernaient pas vraiment, puisque nous sommes en intérieur. C’est une solution qu’on ne regrette absolument pas, on va d’ailleurs réfléchir à la dupliquer pour les prochains complexes BattleKart...

partager »